L’entrevue avec Guylaine Aubé

Du marché du village aux souliers de ville

Pendant 26 ans, Guylaine Aubé a tenu le marché Chez Normand, à Saint-Antonin. Dans sa vie d’avant, elle vous a peut-être vendu de la sauce à spaghetti ou un billet de loterie. Aujourd’hui, elle vous conseille les meilleurs modèles pour vous faire le pied joli.

Il y a six ans, elle quittait l’épicerie, sans autre plan que de prendre du temps pour elle et de se reposer, au moins pendant deux mois. Son congé a finalement duré deux semaines !

Une annonce de conseillère recherchée sur Facebook l’a interpellée. Guylaine l’a vue comme une signe su ciel et a tout de suite téléphoné! Tout s’est fait tout seul. Je suis arrivée dans la boutique comme si j’entrais chez moi. C’est toujours comme ça aujourd’hui. Je mets autant d’ardeur et de bonne humeur que si le magasin m’appartenait ! » exprime celle qui est venue au monde sur la rue Lafontaine, dans la maison qui abrite aujourd’hui la microbrasserie Les Fous brassant. À deux pas de Chaussures Rioux !  Son destin était tracé…

Quand elle a mis les pieds dans la boutique, Guylaine maîtrisait très bien le service à la clientèle, mais elle en connaissait un bout sur les chaussures aussi ! Possédant une vaste collection de talons, elle se faisait parfois surnommer « Madame P’tit-Kit », au village, parce qu’elle se plaisait à agencer ses escarpins à son sac à main.

Aujourd’hui, ce qui lui plaît plus que tout, c’est de trouver chaussure pour les pieds à problèmes. L’épicière est devenue la pro de la chaussure spécialisée. « Quand une cliente arrive, découragée parce que rien ne lui fait, je le vois comme un défi. J’ai vu tellement de pieds avec des oignons, des orteils-marteaux et j’en passe, que rien ne me décourage. Il y a une solution à tout ! »

Grand-maman deux fois, Guylaine offre aussi son expertise à domicile, dans les résidences pour personnes âgées. La douceur des moments qu’elle passe avec les aînées, pour leur faire essayer des souliers et jaser, la touche au plus haut point. « Les dames ont parfois la larme à l’œil tellement elles sont heureuses de trouver le bon soulier. Moi, juste à penser qu’elles arriveront plus fières à la salle à manger, ça fait ma journée ! »

Comment définis-tu ton style ? « À 56 ans, je n’aime pas avoir l’air matante. Quand je vais magasiner avec mes collègues plus jeunes, je me retrouve souvent à apporter les mêmes vêtements qu’elles dans la cabine ! »

Talons hauts ou talons plats ? « Avant, je ne sortais jamais sans talons hauts. Depuis que j’ai eu des problèmes de bassin, je préfère les souliers plats ou à talons compensés. »

Que mets-tu dans tes pieds, le weekend ? « Des flâneurs, des sandales plates, des espadrilles : que des modèles décontractés! Je pourrais passer l’été entier en gougounes. »

À quoi ressemble ta collection de chaussures ? « J’en ai beaucoup. Beaucoup. Beaucoup. Quand j’ai emménagé avec mon conjoint, il a eu très peur quand il a vu mon armoire à 12 tablettes, remplie à ras bord. Maintenant, j’en achète moins, mais j’achète de la qualité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *